Décidément les anti-palus me rendent nerveux et irritables, non pas que je ne le soit pas au naturel mais ces médicaments exacerbent ce côté de ma personnalité. Cela explique ces longs silences ou je pense à mille choses mais ne dis rien.

Au départ de Assemboldi, c'est le cas même quand nous voyons les lions et les hyènes, j'ai du mal à desserrer les lèvres, quelques blagues et de nombreuses chansons me viennent en tête mais reste à leur place.

Je finis ma nuit durant le trajet jusqu'à Tsavo. Une halte dans une station d'essence me réveille physiquement et psychologiquement. Je réalise à quel point ce pays est pauvre. Une amie rajouterait même « sale » mais je penche plus pour un manque d'infrastructure et d'éducation.

Tsavo, est un autre parc national qui est censé abrité des crocodiles, mais après avoir longé le cours d'eau, nous n'avons vu que des hippopotames et une touriste atteinte de nausée. La déception est à son comble sur le chemin du retour quand en arrivant près des bus un Aurix prend la pose pour nous.

La soirée est rattrapée par le spectacle magnifique qu'offrent les animaux au pied de l'hôtel. Un jeu d'ombre et de lumière digne du music hall du roi lion que je n'ai malheureusement pas pu filmer.

DSC01987 DSC01992 DSC02001 DSC02006 DSC02007 DSC02012 DSC02026 DSC02032 DSC02035 DSC02028 DSC02037 DSC02052 DSC02059 DSC02062 DSC02066 DSC02078 DSC02083 DSC02085